Deprecated: L’argument $control_id est obsolète depuis la version 3.5.0 ! in /var/www/todayscrypto.news/wp-content/plugins/elementor/modules/dev-tools/deprecation.php on line 304
L'ascension bizarre de la "Citadelle Bitcoin" - Today's Crypto News
Home » L’ascension bizarre de la « Citadelle Bitcoin »

L’ascension bizarre de la « Citadelle Bitcoin »

by Michael

Ben Munster part à la recherche de la Citadelle Bitcoin, où « l’asservissement éternel de l’humanité à une minuscule élite » est le rêve utopique des maxis du Bitcoin.


En 2013, un Redditor répondant au nom de Luka Magnotta, qui, espérons-le, n’est pas le meurtrier canadien condamnér, a livré un sinistre fantasme d’un avenir dans lequel les bitcoiners règnent en maîtres.

Se présentant comme un voyageur du temps de l’année 2025, Magnotta a décrit cette année comme une dystopie sauvagement inégale divisée entre les investisseurs en bitcoins et tous les autres. Dans son imagination, le bitcoin qui, en 2013, montrait déjà des signes de son extraordinaire tendance à la hausse, deviendrait si précieux que seules les personnes et les nations qui y thésauriseraient leurs richesses survivraient. Les gouvernements, incapables de taxer les avoirs en bitcoins, s’effondreraient. Les régimes autoritaires comme la Corée du Nord et l’Arabie saoudite, qui ont pu amasser des bitcoins, s’élèveraient.

Le post de Magnotta a été très populaire, les amateurs de bitcoins s’attachant à un aspect en particulier : La Citadelle Bitcoin.

Magnotta a écrit qu’à l’avenir, le bitcoin deviendrait si précieux que les détenteurs fortunés, c’est-à-dire tous ceux qui possédaient plus de 0,1 BTC en 2013 et qui n’ont pas tout claqué sous l’effet du crack, s’isoleraient dans des forteresses et des villes-états éloignées. Ils seraient armés jusqu’aux dents, paranoïaques à l’excès, traqués par des terroristes (Magnotta raconte que les Winklevii, tragiquement, sont parmi les Bitcoiners les plus connus à avoir été assassinés pour leurs avoirs). Mais ils seraient aussi glorieusement autosuffisants, vaccinés contre l’effondrement de la société à plus grande échelle, joyeusement, libertairement, satisfaits.

Faire fausse route

Il est évident que la vision exposée par Magnotta se voulait dystopique. Il l’a décrite comme « l’asservissement éternel de l’humanité à une minuscule élite » et a supplié les lecteurs de « détruire ce projet malheureux à ses débuts ».

Mais quelques Bitcoiners semblent s’être fait une fausse idée.

Ils ont adoré la vision de la Citadelle Bitcoin, qui est depuis devenue un mème très populaire et bien trafiqué dans la communauté. Faites une recherche sur « Bitcoin Citadel » et vous trouverez rapidement de nombreux points de vue apparemment francs sur l’approvisionnement en énergie de la Citadelle (le nucléaire semble être l’option préférable), le repérage de l’emplacement de la Citadelle (le château d’Édimbourg est beau, mais aussi peut-être… les Pyramides ), et des déclarations selon lesquelles nous avons maintenant la Citadelle et c’est la nation d’El Salvador


Alors que la hausse du bitcoin a progressé de manière exponentielle, les contours du rêve de la Citadelle ont pris un ton proportionnellement déséquilibré. L’autre jour, j’ai été frappé par un post récent du « Bitcoin Meme Hub« , qui semblait suggérer que la série dystopique Netflix « Squid Game » était quelque chose à laquelle il fallait aspirer : « L’hyperbitcoinisation sera glorieuse et divertissante. Pensez juste à tous [sic] les nocoiners qui seront en compétition pour quelques millions de Sats pour survivre SatsGame »

Malade, mon frère !

Il y a même eu de sombres murmures à propos d’une sous-classe d' »esclaves nocoiners » au service de cette élite marbrée. L’amertume des bitcoiners envers les administrateurs système qui écrivent des blogs méchants à leur sujet…

La question est donc de savoir à quel point ce discours de la Citadelle est sérieux, en fait ?

Prendre les choses trop au pied de la lettre

De nombreux partisans du bitcoin s’empressent, à juste titre, de souligner que tout cela n’est que figuratif. Alors que la notion de Citadelle est plus qu’un simple mème, Nic Carter, un méga-bulle de Bitcoin au franc-parler, m’a dit qu’il s’agissait surtout d’un « euphémisme pour la sécession / balkanisation ». Les bitcoiners n’ont généralement pas une grande confiance dans la capacité du gouvernement à gérer la monnaie et à allouer les ressources, donc le désir naturel est de se localiser et d’avoir plus de contrôle sur l’allocation. »

Mais « ce n’est pas à prendre au pied de la lettre », a-t-il réitéré. « C’est essentiellement une métaphore de l’individu souverain ». La Citadelle « est une visualisation du type de monde qu’ils veulent véritablement construire, un monde rempli de Singapour, en gros. »

Neeraj K. Agrawal, lobbyiste de l’industrie du bitcoin, a été un peu plus direct. « C’est un moyen de visualiser et de contextualiser la richesse promise, m’a-t-il dit.

S’il le pouvait, vivrait-il dans une de ces maisons ?

« Une maison géante de super-vilain ? Je la désire », a-t-il dit.

« Combien d’esclaves non coïncidents posséderiez-vous ? » J’ai demandé avec précaution, en pensant aux possibilités d’emploi…..

Mais Neeraj s’est défilé. « De la façon dont je vois les choses », a-t-il dit, « vous seriez là, mais l’arrangement serait volontaire. » Autrement dit, si je voulais manger, je me porterais volontaire pour « travailler ».

Depuis toujours, les libertariens ont imaginé ce genre de micro-communautés choyées, et cela correspond tout à fait à leur double conviction politique : laissez-moi l’enfer tout seul et amusez-vous en restant pauvre. Et, chose plutôt inquiétante, les cryptographes sont en fait sur le point de construire ces choses.

Il y a eu Bitcointopia, par exemple, qui impliquait la vente de grandes étendues de terre en échange de bitcoins. Il y a eu le « Satoshi cruise liner », qui était une sorte de conférence cryptographique abandonnée, et un disaster

Les Bitcoiners ne sont pas les seuls à s’y mettre, les fans d’altcoin aussi. Il suffit de penser à la « Blockchain City » censée être construite dans le désert du Nevada par un avocat devenu millionnaire en crypto-monnaies. Et puis il y a l’apothéose : Le Salvador, ce minuscule pays d’Amérique centrale que Nayib Bukele et les bitcoiners ont transformé en laboratoire d’expériences monétaires dérangées. Et bien sûr, il y a la Bitcoin City de Francisco Suarez : Miami.

Welcome to Satoshi Shores!


La question demeure : De véritables citadelles Bitcoin seront-elles construites ?

En parcourant Internet à la recherche d’indices, je suis tombé sur une société appelée « Satoshi Shores », un projet qui exploite activement la marque Citadel. Toujours en cours de réalisation, il s’agit de la « première station Bitcoin au monde [sic] où les amateurs de blockchain et de crypto-monnaies peuvent travailler en réseau dans le luxe ». Ce n’est « pas n’importe quel centre de loisirs. C’est le premier de son genre, le seul complexe de luxe dédié aux utilisateurs de bitcoins du monde entier. » Il se décrit également comme « La Citadelle Crypto ».

Me demandant s’ils embauchaient (et pensant que je pourrais peut-être les interviewer), j’ai envoyé un email. Il a rebondi.

Peut-être qu’ils ont fait faillite. Ou peut-être ont-ils peur de la presse libre. Mais il est plus probable qu’ils soient bien installés dans leur tour d’ivoire (station balnéaire inachevée) et qu’ils n’aient pas besoin de parler à un quelconque journaliste.

C’est le rêve des bitcoiners, vraiment : être fortifié, lourdement armé et abondamment approvisionné, hors réseau et sans réponse aux e-mails, en retrait total du reste de la société civile.

C’est bon pour eux, et encore meilleur pour le reste d’entre nous.

Related Posts

Leave a Comment