Deprecated: L’argument $control_id est obsolète depuis la version 3.5.0 ! in /var/www/todayscrypto.news/wp-content/plugins/elementor/modules/dev-tools/deprecation.php on line 304
Quand le client est une DAO - Today's Crypto News
Home » Quand le client est une DAO

Quand le client est une DAO

by Patricia

Une agence de logiciels de Cologne s’est trouvé un client spécial : Le Maker DAO, l’organisation décentralisée qui émet les dollars DAI. Nous avons demandé ce que cela fait de travailler pour une organisation qui, légalement, n’existe pas vraiment.

En fait, Sidestream est tout à fait normal. Une « agence de logiciels traditionnelle », selon le cofondateur Daniel Kremerov, où une vingtaine d’employés effectuent un travail contractuel normal et traditionnel. Tout comme dans l’industrie du logiciel.

Le directeur général et ses employés, comme Max Hoffmann, ne s’occupent de crypto que de manière privée. Mais la question de savoir comment combiner un hobby et un travail et gagner de l’argent en même temps se posait depuis un certain temps. « J’ai trouvé DeFi, la finance décentralisée, particulièrement intéressante », nous dit Daniel, « alors nous avons demandé sur le forum comment nous pouvions y contribuer. »


Dans le processus, ils sont tombés sur la DAO de Maker. Il s’agit de l’organisation autonome décentralisée qui émet le dollar DAI, la première monnaie stable décentralisée et la mère de toutes les applications DAI. Mais à proprement parler, Maker-DAO n’était pas aussi décentralisé que beaucoup le pensent à l’époque.

« Jusqu’à présent, Maker avait une fondation assez centralisée. Les utilisateurs et leurs primes sont décentralisés, mais beaucoup de tâches passent par la Fondation », nous dit Max, « Lorsque nous nous sommes renseignés, ils étaient en train d’approfondir le système et de transformer la Fondation en DAO également. C’est là que nous avons vu une opportunité pour nous. »

En juillet 2021, le cofondateur de Maker, Rune Christensen, a annoncé que le MakerDAO était désormais « entièrement décentralisé ». La Fondation Maker, qu’il dirige, a donc rempli sa mission et sera formellement dissoute dans les prochains mois.

La Fondation a joué un rôle important dans la croissance d’un projet passionnant et le développement du protocole Maker. Mais il était clair dès le départ qu’elle ne devait exister que temporairement, comme un moyen de parvenir à une fin : une passerelle vers une  » DAO autonome et autogérée « . Et ceci est en cours de création.

Les « unités centrales », c’est-à-dire les sous-unités de la DAO, sont au cœur de ce dispositif. Ceux-ci sont mandatés par les propriétaires des jetons Maker par le biais d’une élection pour accomplir certaines tâches avec un certain budget. Par exemple, il existe des unités de base pour la communication, la croissance, le développement, l’expérience utilisateur, l’évaluation des risques, la stratégie, la couche 2, etc.

« Sur le forum, nous sommes tombés sur un programme d’incubation pour les nouvelles unités centrales : un programme structuré qui aide les entreprises traditionnelles et les autres parties intéressées à contribuer et à faire partie de la DAO », explique Max. « Cela nous a semblé extrêmement intéressant. »

Sidestream a posé sa candidature et a été acceptée. « Notre sujet est relativement complexe », commence à expliquer Daniel. « L’un des aspects de la Maker DAO est que les utilisateurs empruntent un stablecoin et gèlent de l’Ether comme garantie en échange. Maintenant, si le prix de l’Ether tombe en dessous d’une valeur appropriée, la garantie doit être liquidée. Ensuite, il y a une vente aux enchères. » Tous les logiciels qui l’entourent ont jusqu’à présent été développés et maintenus par des volontaires de la communauté. Les développeurs de logiciels de Cologne doivent s’en charger professionnellement à l’avenir. Par rapport aux autres projets sur lesquels les développeurs de Cologne doivent travailler, celui-ci est particulièrement exigeant et stimulant.

Mais ce qui est encore plus complexe, c’est l’apparence : la bureaucratie et l’organisation du travail. Comment peut-on être un contractant pour une DAO ? A qui doit-on adresser une facture ? Doit-on payer la TVA ou non ? Qui peut intenter un procès si l’on n’exécute pas une commande à temps ? Qui devient le propriétaire légal des actifs intellectuels générés par la cession ? Comment se déroulera ensuite l’incorporation officielle dans la DAO ? Et ainsi de suite. Ce sont toutes des questions qui, dans le cadre de relations commerciales normales et traditionnelles, sont traitées par un contrat avec une entité juridique ayant une adresse réelle.

« Pour le moment, notre mise en service ne passe pas par un Smart Contract ou un DAO », rapporte Daniel, « à la place, il y a une unité centrale qui a le mandat d’incorporer des externes. Elle dispose d’un budget, ses membres votent pour déterminer quelles autres équipes sont éligibles. Ces votes et toute la communication qui les entoure se déroulent hors chaîne. En partie publiquement dans des forums, en partie en privé par des messages, des mails, des chats ou des appels téléphoniques. »


Cela répondrait également à la question de savoir comment Sidestream écrit une facture à la DAO et quelles sont les circonstances légales. Sidestream n’est pas sous contrat avec la DAO, mais avec l’unité centrale. « L’unité centrale reçoit un certain budget en jetons par le biais du protocole de la DAO du créateur. Ils les échangent ensuite et nous paient, très traditionnellement, en euros. »

Mais cela va bientôt changer. En novembre, le programme d’incubation s’achèvera. Sidestream a par la suite soumis une proposition d’amélioration de Maker pour devenir son propre Core Uni. Si les membres de la DAO Maker sont d’accord, Sidestream ne sera plus mandaté par le Core Uni à partir de décembre, mais par le Smart Contract lui-même. En d’autres termes, par le Maker DAO.

Les développeurs de logiciels de Cologne seront ensuite payés par le protocole. Donc en fait par le biais d’une DAO, probablement en tant que première entreprise allemande. Là aussi, le moyen normal est le virement bancaire. Il serait possible d’être payé en jetons Maker ou en dollars DAI, mais une unité centrale de la DAO est responsable des transactions de paiement. Cette unité reçoit un certain nombre de jetons par mois et les change en euros, par exemple pour payer des collaborateurs tels que Sidestream.

En outre, les unités centrales reçoivent des jetons de fabricant tous les six mois à titre de prime, comme une option d’achat d’actions. Par conséquent, plus ils restent longtemps, plus ils deviennent importants en tant que membres de la DAO et plus ils ont leur mot à dire.

Si le paiement restera facultatif hors chaîne, la mise en service sera obligatoire sur la chaîne. Premièrement, les propositions et les performances de l’entité seront discutées dans des forums publics. Ensuite, les détenteurs de jetons Maker votent sur le projet, onchain, avec leurs jetons. Ce vote déterminera si Sidestream continuera à s’engager après environ six mois.

« Je pense que cela va être très compliqué », dit Daniel, non sans anticipation, « pour le moment c’est simple, comme nous en avons l’habitude. Mais à l’avenir… nous aurons besoin d’un portefeuille pour l’unité centrale et de jetons comme incitations. Pour cela, nous travaillons avec d’autres personnes qui veulent un contrat normal, éventuellement, et aussi de l’argent normal. Combler ce fossé sera un véritable défi. »

Ce ne sera pas facile, mais « c’est aussi une opportunité unique pour nous ». Après tout, quelqu’un doit commencer à innover, et peut-être que la route mènera à une relation contractuelle, qui pourrait être beaucoup plus normale à l’avenir que ce que nous pouvons imaginer aujourd’hui.

Related Posts

Leave a Comment